Paris - Notre Dame

Mes 3 ans à Paris

26 mars, 2018

Cela fait désormais 3 ans que je suis sur Paris. Je suis arrivée le 3 mars 2015, avec mes quelques valises et je me suis installée dans un foyer de Jeunes Travailleurs réservé aux femmes. Je suis venue dans la capitale pour mon stage de fin de cursus, pour une période de 4 mois au départ. Puis à la fin de mon stage, j’ai été engagée en CDI. Il est temps de faire un point sur mon expérience !

Mon séjour en foyer

Pendant mes 2 ans passés au foyer, j’ai rencontré de nombreuses autres femmes, avec des parcours et des origines différentes. J’ai pu vraiment découvrir différentes cultures que je n’avais pas vraiment essayé de connaître auparavant. Beaucoup d’activités étaient proposées avec les autres résidentes, comme des ateliers cuisines, une chorale … J’ai rencontré des amies chères, qui m’ont soutenue pendant toute la période où j’étais sur Paris. Je suis arrivée dans un étage vraiment très accueillant et chaleureux, on partageait énormément.

Je me souviendrai toujours de cette soirée qu’on a passé avec les filles dans la cuisine, où on a chanté, dansé, hurlé, rigolé. A un tel point que la responsable est venue nous voir, en nous disant qu’on nous entendait bien de dehors…

Je me rappelle aussi le staff, qui malgré des règles parfois un peu trop infantilisantes, était très disponible et adorable.

Ces deux ans sont vraiment passés très vite, et j’ai vraiment apprécié cette vie en communauté. Bien sûr, rien n’est facile. Par exemple, la cuisine commune était parfois dans un état affreux, et c’était vraiment désagréable de passer après (restes alimentaires dans l’évier, tables sales, vaisselle abandonnée…). Mais cela permet de gérer des situations de crise et d’essayer d’avancer ensemble, pour qu’il reste une cohésion et un sentiment d’appartenance.

Cela m’a également permis d’éviter d’être seule en arrivant sur Paris. Car il est difficile de se faire des amis quand on est fraîchement arrivé ! Cela m’a évité les moments de solitude et d’exclusion.

Mon expérience professionnelle

En comptant mes 5 mois en tant que stagiaire, j’ai passé donc 3 ans dans l’entreprise où j’ai fait mon stage. Cette entreprise est restée à taille humaine, et cela m’a permis de toucher un peu à tous les domaines. J’ai découvert le milieu de l’esthétique, qui n’était pas un univers familier pour moi. Auprès des formulateurs, des chefs de produits, des photographes et tous les contacts rencontrés, j’ai découvert et ai exploré énormément d’expertises différentes.

Par chance, j’ai eu d’excellentes relations avec nos partenaires, et j’ai eu une grande tristesse de les quitter. J’ai acquis des compétences et un regard tout à fait différent en travaillant avec ces spécialistes. J’ai surtout apprécié travailler sur les packagings, car les matières et les couleurs n’ont jamais été aussi important. Il fallait penser économie et dans le même temps design impactant ! C’était une fabuleuse expérience.

J’ai également travaillé avec différentes équipes au fil de ces années. Le taux de roulement de l’entreprise étant assez élevé, j’ai pu rencontrer des personnes aux histoires et aux compétences diverses, et apprendre énormément à leur contact. Mais j’ai aussi découvert les aléas du travail, qu’on n’expérimente pas forcément en tant que stagiaire. Cela m’a grandement renforcée et a aiguisé mes sens relationnels. J’ai pris énormément de recul aussi sur mes attentes professionnelles. J’ai besoin de contacts humains, d’être dans une équipe qui s’entraide et se respecte afin d’atteindre un but commun.

Le quotidien à Paris

Les transports

Contrairement au sud de la France, Paris permet de se déplacer aisément grâce à son système de transports en commun. Là où le Var reste assez mal desservi en bus et nécessite un véhicule pour aller quelque part, Paris permet de se passer de véhicule et du stress de la conduite ! Malgré cela, il reste beaucoup de conducteurs, dont il faut se méfier ! La route, c’est un combat ininterrompu entre les piétons, les cyclistes et les automobilistes ! Rien que pour traverser sur un passage piéton, il faut faire du forcing ! Cela m’a vraiment fait paniquer au début, et puis on finit par se forcer parce que sinon il est impossible d’avancer !

La population

Un autre point assez négatif est la “surpopulation”. Dans les transports, dans les rues, il y a toujours trop de monde. Il faut les éviter où sinon ils vous foncent dessus sans ménagement ! Ce trop plein de monde constant pousse les habitants à se montrer égoïste, en se privilégiant toujours. Il y a un manque de respect de l’autre, dans son espace vital. Si bien que les personnes peuvent devenir très agressives ! Je me rends bien compte à la fin d’une journée que je suis sur les nerfs et que je n’ai pas envie qu’on me touche…

Cet égoïsme se traduit également par une sorte d’abandon des plus faibles… Je suis toujours peinée de voir de plus en plus de SDF dans les rues et les métros. C’est un combat de chaque instant pour ces personnes, et je ne peux toutes les aider, ce qui laisse une sensation d’impuissance et une frustration forte. Paris démontre avec grande tristesse les problèmes de notre société. Quand on voit les touristes sur les quais, avec des appareils photos hors de prix, et qu’on voit derrière un SDF qui lutte tant qu’il peut contre le froid, on a vraiment deux poids de mesure …

La ville

Le coût de la vie est vraiment un problème : les loyers exagérés, la nourriture hors de prix et hors saison, les sorties montant vite … Il est difficile de s’établir, même avec un CDI.

Cette ville reste cependant magnifique et possède un patrimoine culturel fascinant. Pour les moins de 25 ans, la plupart des musées sont gratuits, ce qui permet vraiment de découvrir énormément de choses. Je n’ai pas visité tant de musées, mais chacun me laisse d’agréables souvenirs. Il est plus difficile dans le sud d’avoir accès à tant de connaissances dans une seule ville.

Ma conclusion

J’ai constitué pendant ces 3 ans à Paris des souvenirs agréables et impérissables, avec mes amis et ma famille. Je ne regrette pas d’avoir tenté l’aventure jeune, mais je ne me sens pas d’y faire ma vie. Je conseille vraiment aux personnes comme moi, venant de “province”, de tenter l’expérience, ne serait-ce que pour un stage !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Autres articles

Autres articles